Pour pouvoir visualiser son contenu vous avez besoin de Adobe Flash Player.

ACCUEIL PRESENTATION MES CHANSONS 1972 - 2011 MARGUERITE CAHIER TEXTES AUDIO L'OMBRE DU SOUVENIR PETREL  ET MOI..............EMOIS MAMA: mon ami, mon frère HOMMAGES PERSONNELS HOMMAGE A JEAN FERRAT CARNET MUSICAL SURVOL ( AUDIO - VIDEO ) CHANSONS DE JEAN FERRAT "The LOVERS" STORY "SIX BEMEOLS" STORY DES TV... ET GRAEME ARDISSON.......NETTES STORY  LE "PETIT CAFE" 1979 "RENCONTRE" STORY  FÊTES DE LA MUSIQUE LES ANNEES 90  LES ANNEES 2000 PETIT BAL DU SAMADI SOIR STUDIO 2008 - 2012 CHANSONS DE PLEIN VENT "SIX BEMEOLS" STORY RETROUVAILLES 2010 DES TV... ET GRAEME  LE "PETIT CAFE" 1978 ARDISSON.......NETTES "RENCONTRE" STORY GRAEME 2  3 FÊTES DE LA MUSIQUE LES ANNEES 90  LES ANNEES 2000 HOMMAGE à JEAN FERRAT ALSACE CORRE: 1917 - 1967 COLLEGE DE CILAOS  MAURICE : SEJOUR SCOLAIRE 1998 CANADA : VOYAGE SCOLAIRE 2001 MARE - SECHE POESIES KARAOKE CINEMA MON LIVRE D'OR MON CARNET MUSICAL 8 MAURICE 98 A MAURICE 98 B ASSURANCE SUR LA MORT TROIS HEURES DIX POUR YUMA 

ALSACE CORRE: 1917 - 1967

En 2007, le Collège de Cilaos a commémoré le quarantième anniversaire de la mort de celui dont il porte le nom, Alsace CORRE disparu en Novembre 1967. j'ai été élève au Cours Primaire de Cilaos puis, en 1959, je fis mon entrée au Collège dans le même établissement qui avoisinait la maison de mon enfance et adolescence. J'ai donc connu Mr CORRE pendant au moins dix ans. Mes souvenirs me viennent donc de cette période très longue et très riche. Certains sont encore, presque cinquante ans après, tres clairs dans mon esprit. Ils sont exposés sur la page 2 de cette rubrique. C'est un modeste hommage que je rends aujourd'hui à un très grand Personnage qui a écrit, à n'en pas douter en lettres d'or, une des séquences les plus riches et les plus intéressantes de l'Histoire de Cilaos. Je veux remercier ici son épouse, Madame Eglantine CORRE, et tous ses enfants d'avoir accepté que je réalise cet article sur mon site. Quelques pages (flèches coins supérieurs droit et gauche) sont donc consacrées à Alsace CORRE, reprenant la quasi intégralité du livret documentaire réalisé dès 1992 par Sully LAPINSONNIERE, alors Conseiller Principal d'Education à Cilaos, retraçant la vie de ce Grand Serviteur de l'Ecole qui aura exercé son métier d'enseignant et de Directeur avec foi et conviction, donnant de son temps sans compter pour que la réussite de ses élèves soit au bout de l'effort. Merci Sully de me permettre de publier ce document sur ce site. J'y apporte aussi quelques touches personnelles, en espérant ne pas trahir la vérité.

PAGE 1

Nommé instituteur intérimaire â l'école de Cilaos en octobre 1950 j'ai eu vraiment de la chance de rencontrer en la personne de Monsieur CORRE un directeur compétent, un conseiller avisé montrant de l'amitié plutôt qu'un censeur faisant preuve d'autorité vis à vis du gamin que j'étais encore puisque je n'avais que 19 ans. Grâce à lui, j'ai passé deux années merveilleuses dans ce petit coin magnifique de notre île de la Réunion. J'étais bien loin de Saint-Denis où j'habitais avec mes parents et, à cause des moyens de communication très limités à cette époque, je pouvais rentrer chez moi, seulement pour les vacances d'été et pour celles d'août-septembre. Mais cela ne m'a jamais perturbé parce que toujours, grâce à M. CORRE j'ai fait la connaissance de gens formidables comme MILINE dit "Marraine" qui tenait, tout à fait légalement, une petite maison de jeux, où, en compagnie de copains du tonnerre tels que MM. FONTAINE Etienne, ACCOT Irénee, HOAREAU (Pharmacien à Saint-pierre), SAUGER (arrivant de Madagascar), NURBEL, LEBON (Agents des eaux et forêts), DAMBREVILLE Mario (instituteur comme moi mais plus âgé), et bien d'autres encore on jouait chaque jeudi et dimanche aux dominos, à la belote, au billard russe. M. CORRE s'occupait de moi comme si j'érais un fils pour lui bien qu'il en ait deux (Karl et Fred) et une fille (qui à l'époque devait avoir 12 ou 13 ans). Alors, Il m'a fait rencontrer le Directeur du Séminaire. Cet ecclésiastique lui aussi s'est intéressé à moi et ainsi j'ai pu régulièrement fréquenter la bibliothèque de cet établissement religieux où j'ai découvert Anatole France, Joseph Kessel, Saint-Augustin, Paul Feval... Je revois encore mon Directeur toujours vêtu d'un complet veston en drap de qualité et coiffé d'un feutre assorti. Ce monsieur était quelqu'un de bien considéré dans le Cirque, quant à nous, ses adjoints (Marco, Mlle Payet fille de "Ti Clé'' et moi-même) nous lui témoignions respect et affection.Quel dommage qu'il nous ait quittés si tôt ! Avec quel plaisir, s'il était encore de ce monde, je l'aurais retrouvé au village pour évoquer nos souvenirs d'il y a presque 50 ans.Je demande humblement pardon aux parents de M.CORRE et particulièrement à ses enfants pour la liberté que je prends en dédiant à mon ancien patron ces quelques vers d'une chanson de FERRAT; mais j'espère ne pas les offenser. Elie ALBERTEcrivain,Instituteur retraité

Tu aurais pu vivre encore un peuPour notre bonheur, pour notre lumièreAvec ton sourire, avec tes yeux clairsTon esprit ouvert, ton air généreuxTu aurais pu vivre encore un peuMon fidèle ami, mon copain, mon frèreOn aurait pu rire encore un peuAvec les amis, des soirées entièresOn aurait pu rire encore un peuDans la beauté des choses éphémèresCaresser nos femmes et lever nos verresSans s'apercevoir qu'on était heureux

Une interprétation libre et personnelle de cette chanson. Roland

LIEN VERS LE TEXTE INTEGRAL



ROLAND F.

"Voici l 'heure de la quiétude et de chanter, face à face avec toi, la consécration de ma vie, dans le silence de ce surabondant loisir." (Rabindranath Tagore)

miroir ET reflets

Visites

folio.roland@orange.fr