Pour pouvoir visualiser son contenu vous avez besoin de Adobe Flash Player.

ACCUEIL PRESENTATION MES CHANSONS 1972 - 2011 MARGUERITE CAHIER TEXTES AUDIO L'OMBRE DU SOUVENIR PETREL  ET MOI..............EMOIS MAMA: mon ami, mon frère HOMMAGES PERSONNELS HOMMAGE A JEAN FERRAT CARNET MUSICAL SURVOL ( AUDIO - VIDEO ) CHANSONS DE JEAN FERRAT "The LOVERS" STORY "SIX BEMEOLS" STORY DES TV... ET GRAEME ARDISSON.......NETTES STORY  LE "PETIT CAFE" 1979 "RENCONTRE" STORY  FÊTES DE LA MUSIQUE LES ANNEES 90  LES ANNEES 2000 PETIT BAL DU SAMADI SOIR STUDIO 2008 - 2012 CHANSONS DE PLEIN VENT "SIX BEMEOLS" STORY RETROUVAILLES 2010 DES TV... ET GRAEME  LE "PETIT CAFE" 1978 ARDISSON.......NETTES "RENCONTRE" STORY GRAEME 2  3 FÊTES DE LA MUSIQUE LES ANNEES 90  LES ANNEES 2000 HOMMAGE à JEAN FERRAT ALSACE CORRE: 1917 - 1967 COLLEGE DE CILAOS  MAURICE : SEJOUR SCOLAIRE 1998 CANADA : VOYAGE SCOLAIRE 2001 MARE - SECHE POESIES KARAOKE CINEMA MON LIVRE D'OR MON CARNET MUSICAL 8 MAURICE 98 A MAURICE 98 B ASSURANCE SUR LA MORT TROIS HEURES DIX POUR YUMA 

ET MOI..............EMOIS

DROIT DANS MES GODASSES Texte et Musique: Roland F. (2005)1- Une nuit de l'annéeMille neuf cent quarante huitMes parents ont une idée:"Pourquoi pas une fille."Même s'ils se sont plantés,L'affaire a dû leur plaire,Huit mois plus tard j'tétaisDéjà le sein de ma mère.Très tôt ils s'occupèrentDe mon éducation,"Te roule pas dans la terreEt mange pas comme un cochon."J'ai apprécié c'est sûr,En découvrant le monde,Le cuir chaud des ceintures,Les baffes à la ronde."FAIS DODO COLAS MON P'TIT FRERE,FAIS DODO MON PETIT CRAPAUD."

2-Et puis vint le momentOù j'ai appris à lire,En beaucoup plus de tempsQu'il ne faut pour le dire;Comme je n'étais pas doué Pour les Mathématiques,J'ai eu droit au piquet,Au bonnet des bourriques.Les soirs de punition,Quand j'apprenais par coeurLes tables d'addition,Ben j'rêvais des rondeursDe ma maîtresse d'école,Bien roulée la tigresse,J'lui massais les guibolesEn lui pinçant les fesses."AÏE, AÏE, AÏE, OUILLEAÏE, AÏE, AÏE, OUILLE"

3- Les années qui suivirent,J'en bavais en permanence,Quand fallait se farcirLes Langues et les Sciences.De collège en lycéeJe traînais la besace,Sans trop savoir en faitQue faire de ma carcasse.Et je batifolaisLe coeur toujours en fête,Mon chant de libertéUn jour fut stoppé net,Quand mes pas ont croiséLes grands pas d'une belle,Qui très vite m'a entraînéDevant son paternel. "VOUS PERMETTEZ MONSIEURQUE J'EMPRUNTE VOTRE FILLENOUS PROMETTONS D'ÊTRE SAGESCOMME VOUS L'ETIEZ A NOTRE ÂGEJUSTE AVANT LE MARIAGE."

4-Puis pour palper du fric,Le choix fut redoutable, Etre curé ou flicFaire l'prof ou le comptable.Après mûre réflexion,En dépit du bon sens,Mais avec convictionJ'enseignais les puissancesTrente années de boulot,Bien droit dans mes godasses,Lors j'ai tiré le rideauEt j'ai laissé la place.Au coeur de ma campagne,Repos bien mérité,Je chante "LA MONTAGNE",Pour mon poulailler. *"POURTANT, QUE LA MONTAGNE EST BELLE,COMMENT PEUT-ON S'IMAGINEREN VOYANT UN VOL D'HIRONDELLES,QUE L'AUTOMNE VIENT D' ARRIVER?"

EXTRAITS1- Chanson traditionelle française2- les cactus ( Jacques DUTRONC ) 3- vous permettez monsieur ( Salvatore ADAMO )4- la montagne ( Jean FERRAT ) * référence à la chanson " comme au poker" de Patrick ABRIAL

Naissance, enfance, adolescence, jeunesse et puis.... La séquence finale du film de notre vie terrestre peut sembler moins exaltante, mais elle représente à coup sûr " l'heure de la quiétude et de chanter face à face avec....". Ci-dessous quelques repères qui ont jalonné la mienne: Ecole, études, métier, et puis RETRAITE. C'est dans cette dernière étape que germent, poussent et mûrissent les émois crépusculaires.

Ma plume est à la traîne,J'ai du mal à écrire,Ma muse joue la bohème,Je n' peux la retenir;Le marchand de sable passeSur ma verve endormie,Et les rimes délaissent,Mes vers en léthargie. Je découvre l'automneAprès un long été,Mes feuilles m'abandonnent,Mon printemps est fané;Là-bas l'hiver me toise,Et m'appelle à grands cris,Je vais payer l'ardoiseDes saisons de ma vie.

La lassitude me guette,Mon crépuscule déjà,Me déploie ses fenêtres,J'y arrive à grands pas;Et ma raison vacilleDès le soleil couchant,Se voilent mes pupilles,Me reste-t-il le temps? Le temps de voir renaîtreDe tous mes feux éteints,La chanson du poête,Qui me délivre enfinDe l'apathie profondeQue le poids des ans induit,Que sa verve fécondeExalte mon esprit.

Voici mes retrouvaillesAvec mon vécu,Je vide mes entraillesA me mettre à nu;Mes souvenirs s'égrènent,Perles de chapelet,Ma mémoire se déchaîne,Miroir de mon passé. Survivre ou disparaître,Tel est le dilemne,Ah! le cruel casse-tête,Que la réponse vienne;Ne pas finir en radeDans des eaux troublées,Inventer la parade,ET puis s'émanciper.

Je sens une joie nouvelleS'installer dans mon coeur,Me réchauffer les ailes,Triompher de ma peur;Comme l'oiseau frivoleQui découvre la vie,Je m'élève et m'envoleJusqu'à mon infini.

EMOIS CREPUSCULAIRES

Texte et Musique: Roland F. (2008)

1-

2-

3-

4-

5-

6-

7-

Regardez le clip vidéo ci- dessous

Regardez le clip vidéo ci- dessous



ROLAND F.

"Voici l 'heure de la quiétude et de chanter, face à face avec toi, la consécration de ma vie, dans le silence de ce surabondant loisir." (Rabindranath Tagore)

miroir ET reflets

Visites

folio.roland@orange.fr