Pour pouvoir visualiser son contenu vous avez besoin de Adobe Flash Player.

ACCUEIL PRESENTATION MES CHANSONS 1972 - 2011 MARGUERITE CAHIER TEXTES AUDIO L'OMBRE DU SOUVENIR PETREL  ET MOI..............EMOIS MAMA: mon ami, mon frère HOMMAGES PERSONNELS HOMMAGE A JEAN FERRAT CARNET MUSICAL SURVOL ( AUDIO - VIDEO ) CHANSONS DE JEAN FERRAT "The LOVERS" STORY "SIX BEMEOLS" STORY DES TV... ET GRAEME ARDISSON.......NETTES STORY  LE "PETIT CAFE" 1979 "RENCONTRE" STORY  FÊTES DE LA MUSIQUE LES ANNEES 90  LES ANNEES 2000 PETIT BAL DU SAMADI SOIR STUDIO 2008 - 2012 CHANSONS DE PLEIN VENT "SIX BEMEOLS" STORY RETROUVAILLES 2010 DES TV... ET GRAEME  LE "PETIT CAFE" 1978 ARDISSON.......NETTES "RENCONTRE" STORY GRAEME 2  3 FÊTES DE LA MUSIQUE LES ANNEES 90  LES ANNEES 2000 HOMMAGE à JEAN FERRAT ALSACE CORRE: 1917 - 1967 COLLEGE DE CILAOS  MAURICE : SEJOUR SCOLAIRE 1998 CANADA : VOYAGE SCOLAIRE 2001 MARE - SECHE POESIES KARAOKE CINEMA MON LIVRE D'OR MON CARNET MUSICAL 8 MAURICE 98 A MAURICE 98 B ASSURANCE SUR LA MORT TROIS HEURES DIX POUR YUMA 

POESIES

MILLY OU LA TERRE NATALEAlphonse de LAMARTINE (1826)Pourquoi le prononcer ce nom de la patrie ?Dans son brillant exil mon coeur en a frémi ;Il résonne de loin dans mon âme attendrie,Comme les pas connus ou la voix d'un ami.Montagnes que voilait le brouillard de l'automne,Vallons que tapissait le givre du matin,Saules dont l'émondeur effeuillait la couronne,Vieilles tours que le soir dorait dans le lointain,Murs noircis par les ans, coteaux, sentier rapide,Fontaine où les pasteurs accroupis tour à tourAttendaient goutte à goutte une eau rare et limpide,Et, leur urne à la main, s'entretenaient du jour,Chaumière où du foyer étincelait la flamme,Toit que le pèlerin aimait à voir fumer,Objets inanimés, avez-vous donc une âmeQui s'attache à notre âme et la force d'aimer ?...

LA FENÊTRE DE LA MAISON PATERNELLEAlphonse de LAMARTINE - 1816Autour du toit qui nous vit naîtreUn pampre étalait ses rameaux ;Ses grains dorés, vers la fenêtre,Attiraient les petits oiseaux.Ma mère, étendant sa main blanche,Rapprochait les grappes de miel,Et les enfants suçaient la branche,Qu'ils rendaient aux oiseaux du ciel.L'oiseau n'est plus, la mère est morte ;Le vieux cep languit jaunissant,L'herbe d'hiver croît sur la porte,Et moi je pleure en y pensant.C'est pourquoi la vigne enlacéeAux mémoires de mon berceau,Porte à mon âme une pensée,Et doit ramper sur mon tombeau.

LE LABOUREUR ET SES ENFANTS Jean de La Fontaine ( 1668) Travaillez, prenez de la peine :C'est le fonds qui manque le moins. Un riche Laboureur, sentant sa mort prochaine,Fit venir ses enfants, leur parla sans témoins."Gardez-vous, leur dit-il, de vendre l'héritageQue nous ont laissé nos parents :Un trésor est caché dedans.Je ne sais pas l'endroit ; mais un peu de courageVous le fera trouver : vous en viendrez à bout.Remuez votre champ dès qu'on aura fait l'oût :Creusez, fouillez, bêchez ; ne laissez nulle placeOù la main ne passe et repasse."Le père mort, les fils vous retournent le champ,Deçà, delà, partout....si bien qu'au bout de l'anIl en rapporta davantage.D'argent, point de caché. Mais le père fut sageDe leur montrer avant sa mortQue le travail est un trésor.

MIGNONNE, ALLONS VOIR SI LA ROSE...Pierre de RONSARD (1606)Mignonne, allons voir si la roseQui ce matin avait décloseSa robe de pourpre au soleil,A point perdu cette vêprée,Les plis de sa robe pourprée,Et son teint au vôtre pareil.Las ! Voyez comme en peu d'espace,Mignonne, elle a dessus la place,Las, las ! Ses beautés laissé choir !Ô vraiment marâtre Nature,Puis qu'une telle fleur ne dureQue du matin jusques au soir !Donc, si vous me croyez, mignonne,Tandis que votre âge fleuronneEn sa verte nouveauté,Cueillez, cueillez votre jeunesseComme à cette fleur, la vieillesseFera ternir votre beauté.

Des belles poésies apprises à l'école de mon enfance, certaines sont restées gravées dans ma mémoire. En voici quatre, véritables bouquets de fraîcheur qui viennent souvent cajoler mon âme.



ROLAND F.

"Voici l 'heure de la quiétude et de chanter, face à face avec toi, la consécration de ma vie, dans le silence de ce surabondant loisir." (Rabindranath Tagore)

miroir ET reflets

Visites

folio.roland@orange.fr